Come Get Some
It's time to kick ass and chew bubblegum ! Jeux vidéo-ciné-série-musique



Jeux-Video

04/06/2010

Split/Second Velocity : retour aux fondamentaux

Développeur : Black Rock Studio (Angleterre)

Editeur : Disney Interactive

Genre : arcade racing sous amphétamines

Date de sortie : 18 mai 2010 (U.S.A.), 21 mai 2010 (Europe)

CONFESSIONS D’UN TRENTENAIRE AIGRI

Autant mettre les choses au point tout de suite : je suis profondément allergique aux jeux de course pseudo-simulationnistes mous du genou qui cartonnent depuis plusieurs années sur console – Gran Turismo, Forza Motorsport et P.G.R. en tête.

1). Le plus tragique dans ce genre de titre ? Se retrouver à conduire de vraies bagnoles – eh oui, je tiens les licences officielles en horreur. Rêver de conduire une Porsche ou une Ferrari ? Banal à en pleurer. Le faire pour de vrai ? Tout aussi banal, mais en plus faut être riche ! Le faire sur console ? Là, on tombe carrément dans le sordide – oui, comme lorsque vous achetez Tuning Magazine, mais en pire.

2). Ah ! Retrouver le feeling de sa Lada tunée ou de sa Nissan turbo GTI seize soupapes… L’horreur aboslue ! Je ne supporte pas de devoir ralentir à soixante km/h dans un virage, juste parce que c’est “réaliste”. Si je veux du réalisme, je prends ma caisse et je vais faire un tour sur l’autoroute…

3). Certains créateurs de jeu vidéo (qui cultivent apparemment un vif sentiment d’infériorité face à la glorieuse industrie hollywoodienne) assimilent encore leur profession à la réalisation de quasi-films pseudo-interactifs. Quel bonheur de voir sa concentration anéantie toutes les trente secondes par le replay “impressionnant” d’un crash à grand spectacle (je te parle, Burnout !) – qui enlève au final toute cohérence, toute unité à la course…

–  –  –

LA TRAVERSEE DU DESERT

Les indispensables ingrédients du jeu de caisse ultime ? Une vitesse extrême (300 à l’heure minimum…) ; un pilotage immédiat et instinctif, mais pas dépourvu de subtilités (drift pour perfectionniste, gestion de la nitro par exemple) ; des bolides originaux imaginés par des artistes talentueux ; une vue au ras du bitume qui ose sacrifier le réalisme de la vue intérieure pour offrir un max’ de sensations… En bref, une expérience arcade, fun et bourrée d’adrénaline.

Autant dire que depuis quelques années, je n’ai pas eu grand chose à me mettre sous la dent, en-dehors de la fabuleuse série des Ridge Racer (“experience real unreality”, proclame son onirique slogan) et des “récents ” épisodes d’Outrun (Outrun 2 SP en 2004, Coast 2 Coast en 2006)…

2010 – un certain Split/Second Velocity (S.S.V.) apparaît sur les plannings de sorties du mois de mai. Une maigre lueur d’espoir naît au tréfonds de mon esprit tourmenté : et si Black Rock nous avait mitonné un genre de Ridge Racer sauce Michael Bay, avec des immeubles qui explosent et des ponts qui s’effondrent sur le circuit ?

Ah, mais c’est produit par Disney… Argh ! le jeu s’inspire des séries de télé-réalité comme Fear Factor… Gasp ! Les critiques (généralement plus enclins à surnoter Gran Turismo qu’à méditer sur la puissance surultime d’un Ridge Racer) l’ont encensé sur le web… Tout ceci fleure bon le titre pour ado idiot ! Dilemme pour un pseudo-esthète des temps modernes…

Ridge Racer 6 (Xbox 360) : des sensations pures…

LOVE AT FIRST SIGHT ?

En hommage à l’époque Playstation où le moindre Wipeout, Rollcage ou N-Gen Racing qui pointait le bout de son nez recevait immédiatement mes faveurs, j’ai finalement décidé de faire confiance à mon cerveau reptilien et d’acheter ce Split/Second Velocity. Il est parfois urgent d’arrêter de réfléchir…

First contact : écran titre et menus sobres et élégants, ambiance sonore plus proche d’une B.O. de film que de la vague bouillie pop / rock / electro / hip-hop pour djeun’s que propose habituellement ce genre de programme… on se prend à espérer un racer de bon goût – presque un oxymore si l’on se réfère aux codes du genre !

L’enrobage “série T.V.” aurait pu faire basculer le jeu vers la crétinerie la plus totale (vous imaginez un debriefing de Philippe Manoeuvre à la fin de chaque course ? Ou les tips de vétérans comme Steevy ou Moundir pendant les chargements ? J’en ai froid dans le dos…), mais il n’en est rien : seule de brèves cinématiques style “previously, on Split/Second…” et un discret logo de la “Black Rock T.V.” vous rappelleront de temps à autre ce gimmick scénaristique. On l’a échappée belle !

Scénario prétexte, options minimalistes en-dehors de quelques options graphiques (pas de niveau de diffculté, aucune customisation des véhicules), mode “carrière” inexistant… On sent que les développeurs ont mis le paquet sur l’essentiel, c’est-à-dire le jeu en lui-même. Le moindre centime de budget est visible à l’écran, et rien ne pouvait nous faire davantage plaisir…

Des effets visuels spectaculaires pour une impression de vitesse incroyable.

UNE GRANDE BAFFE DANS LA TRONCHE

Graphiquement, Split/Second en jette un max’ : architecture des circuits complexe et intelligente, détails graphiques innombrables, effets de lumière et de particules en tous genres – le tout soutenu par une animation sans faille, émaillée d’effets de blur saisissants, qui accentuent encore l’impression de vélocité. Visuellement, la production Disney se place haut-la-main sur le podium des meilleurs représentants du genre.

Mais le “plus produit” qui entend démarquer S.S.V. de sa concurrence, c’est bien sûr son aspect “Mario Kart goes to Hollywood”, largement mis en avant dans les spots publicitaires qui nous vantent ses mérites : chaque seconde de drift (dérapage contrôlé pour négocier les virages à pleine vitesse, ou presque) ou de “Draft” (prise d’aspiration sur un concurrent situé devant vous) remplit peu à peu une jauge de “Powerplay”, divisée en trois segments.

Selon le niveau de charge, il devient possible de déclencher des attaques ultra-spectaculaires dignes d’un blockbuster sous acide : des camions au chargement explosif jaillissent des rues adjacentes, des hélicos militaires lâchent leur payload dévastateur, une tour de cinquante étages s’abat sur la piste…

Sans conteste, on en prend plein la tronche, on ricane à chaque adversaire éliminé par un powerplay encore plus démesuré que le précédent, on s’amuse à conserver assez d’énergie pour ouvrir de nouveaux passages à travers les décors… Du fun à l’état brut, qui n’exclut pas une certaine dose de réflexion et de stratégie : les powerplays dépendent en effet du circuit et des dangers qui y sont disséminés : inutile d’espérer faire s’abattre un avion sur vos concurrents si vous ne roulez pas à proximité d’un aéroport…

Une scène de destruction qui risque fort de devenir votre quotidien dans Split/Second…

SOUS LES TEXTURES, LE FUN

Plusieurs types d’épreuves permettent de varier (un peu) les plaisirs : outre le classique “Eliminator” (toutes les vingt secondes, le pilote situé en queue de peloton est éliminé) et les sympathiques “Airstrike” et “Air Revenge” (qui vous mettent aux prises avec de vindicatifs hélicos de combat), c’est surtout le mode “Detonator”, sorte de time trial où tous les pièges possibles se déclenchent, qui retient l’attention par son côté over the top pleinement assumé…

Michael Bay est donc aux anges ; mais qu’en est-il du joueur ? Très occupé à se manger tous les camions citernes, containers et navires de vingt mille tonnes du jeu, il n’en oublie pas moins qu’il tripote un jeu de course. Grand bonheur : le gameplay assure comme il faut ! Drifts faciles d’accès, mais très techniques dès que l’on cherche à véritablement optimiser ses trajectoires, maniabilité très différente d’un véhicule à l’autre, tracés intelligemment conçus, difficulté savamment dosée qui contentera les beginners comme les pros… Un cocktail très vite addictif !

Reste que malgré le plaisir immédiat que procure S.S.V., on en fait vite le tour : il est toujours agréable d’y revenir pour une petite partie en multi, mais passée la vingtaine d’heures nécessaires pour terminer les 72 épreuves du mode “Season”, il est fort probable que le jeu retourne bien sagement sur son étagère…

Un powerplay peut parfois être utilisé pour ouvrir des raccourcis improvisés…

Ouf ! On a échappé au pire : malgré sa durée de vie assez limitée, Split/Second ne tombe pas une seconde dans le piège de ses contemporains. Ce n’est pas un jeu d’aventure où le héros pilote une bagnole ; ce n’est pas une fausse simu’ pour ados frustrés par la conduite accompagnée ; ce n’est pas un bootleg des “trente crashes les plus spectaculaires de l’année” repompé chez TF1…

L’équipe de développeurs assume ses ambitions : procurer un plaisir brut, du fun à l’état pur – des valeurs issues du monde de l’arcade, et trop longtemps oubliées… Il était temps de boucler la boucle,  de revenir aux fondamentaux des racers (il y a quelque chose de Daytona U.S.A. dans Split/Second…) En espérant que le jeu se vende suffisamment pour inciter d’autres studios à emboîter le pas à Black Rock… Messieurs les développeurs, la balle est dans votre camp.

Full score : 7 / 10



A propos de l'auteur

Vanguard





 
 

 

Go Get Them! #4 Spécial PS3

– – La série Go Get Them est de retour, pour vous proposer des jeux à tester sans modération à des prix intéressants. Mais aujourd’hui, je vous propose une sélection PS3 Only, une autre Xbox 360 puis une...
by Gaius
1

 
 
jeux pc vs consoles

Le retour des jeux sur PC?

– – Beaucoup d’éditeurs boudent nos Personnal Computer pour privilégier les consoles, tendance qui s’accentue au fil des années. Avec un premier essai en 94 plutôt réussi pour l’époque (souve...
by Gaius
0

 
 
lego pirates des caraibes jack sparrow

Lego Pirates des Caraïbes : poisson pané ou filet de saumon?

Acheté le 11 mai, je n’ai pas eu le temps ces dernières semaines de me pencher sur la dernière production Traveller’s Tales. N’ayant pas encore complètement fini le jeu (comprendre : le platine est encore ...
by Gaius
0

 

 

E3 2011 : où est la sortie?

  Chaque année, on a l’occasion de voir refleurir les suites de suites de FPS et jeux de foot (si bien que d’ici quelques années, on aura droit à des Call of duty 2015, Battlefield 2K16 ou encore des PES b...
by Gaius
2

 
 
Sims 3 Featured

Les Sims 3

  NDLR : Bienvenue à Amy qui vous propose aujourd’hui sa première contribution sur Comegetsome.fr. N’hésitez pas à laisser des commentaires! Développeur : Maxis Editeur : EA Support PS3, Xbox360, Wii, DS, ...
by Kichette
0

 

 

Lego Star Wars III : Clone Wars

  Développeur : Traveller’s Tales Editeur : LucasArts Support PS3, Xbox360, Wii, PC, DS, PSP Genre : Action/plate-forme façon LEGO Date de sortie : 25 Mars 2011           Apparu pour la p...
by Gaius
1

 
 

Duke revient sévèrement burné

Nous vous en parlions dès que l’annonce a été faite de la reprise de son développement, Duke refait parler de lui! En effet, non seulement on a une date de sortie (le 6 mai), mais 2K a prévu une version collector à ...
by Gaius
2

 

 

“This kind of shit is why we have an M-rating !”

Développeur : Namco Bandai America (Etats-Unis) Editeur : Namco Bandai Support : PS3, Xbox 360 Genre : beat-them-all gorifique Date de sortie : 23 novembre 2010 (Etats-Unis), 26 novembre 2010 (Europe) THE RECORDS OF TIME Splat...
by Vanguard
3

 
 

CAVE : les maîtres du manic shooter. Since 1995.

Ca y est, le mythique Guwange de Cave (1999 dans les salles d’arcade japonaises) vient d’être converti sur console ! Il aura tout de même fallu attendre plus de dix ans… Et sans surprise, c’est sur Xbo...
by Vanguard
0

 
 

Go Get Them! #3

Après plusieurs mois d’absence, revoici un Go Get Them, ou comment faire plaisir à sa console sans trop se ruiner. Le prix des jeux est mentionné à titre indicatif, il se peut que vous les trouviez moins cher près de...
by Gaius
4

 




14 commentaires


  1. Euh PGR simulation mou du genou, je doute que l’on ai joué au même jeu, déjà l’impression de vitesse est bien plus présente dans le jeu de Bizarre création que dans celui de Black Rock… Et ensuite PGR est un jeu 100% arcade bien qu’il possède les véritables licences et non des voitures façon matchbox dont tu raffole (beurk)… Merci de traiter de gros beaufs (même si c’est explicitement dit, il suffit de lire entre les lignes) ceux qui aiment les jeux avec les véritables voitures (genre Forza, PGR ou encore Blur).

    Pour en revenir au jeu, je ne lui trouve aucun bon point, durée de vie extrêmement courte, niveau de difficulté hyper fastoche, design de voiture très majorette, aucune sensation de vitesse, etc, etc… Soyons honnete, le jeu ne vaut en aucun cas les 70€ qui sont demandés, tout au plus 30€…


  2. Nous avions prévenu dans l’édito que nous étions susceptibles de nous montrer intolérants… ^^

    1). Concernant P.G.R. : en effet, on n’a probablement pas joué au même jeu, puisque nos expériences vidéoludiques diffèrent vraisemblablement… (désolé, mais j’ai du mal à trouver le jeu de Bizarre impressionnant en sortant d’une partie d’Outrun 2 SP…)

    Je maintiens que je conchie ce jeu (pour des raisons mentionnées dans l’article), mais je ne vais pas m’amuser à comparer les rendus graphiques et l’impression de vitesse qui se dégage de chacun : objectivement, P.G.R. est un produit très bien fini – les raisons de mon mépris sont d’un ordre beaucoup plus subjectif…

    2). Certes, je ne fais pas preuve d’un grand respect envers les fans de Gran Turismo, Forza et P.G.R. (comme je le mentionne dans l’article) ; eh, les gars, je ne vais tout de même pas vous remercier d’avoir contribué à la quasi-disparition de mon style de jeu de caisse favori…

    Après, je précise bien que mon avis est celui d’un “trentenaire aigri”, donc si tu ne t’y retrouves pas, tu es peut-être moins aigri que moi ! ^^

    3). Tu dis “soyons honnêtes” – désolé, je ne vois pas où j’ai pu faire preuve de “malhonnêteté” dans mon article… J’annonce tout de suite la couleur, il s’agit de MON avis, évidemment subjectif. Il me semble logique que d’autres personnes puissent ne pas le partager, mais je ne vois pas en quoi j’aurais pu travestir la réalité ou chercher à induire le lecteur en erreur…

    4). Pour info, le jeu est vendu aux alentours de 60 euros sur consoles (soit un peu en-dessous du tarif généralement pratiqué en France), et 50 euros sur PC. Mais tu as tout à fait le droit de trouver que c’est trop cher.

    Merci en tout cas d’avoir exprimé ton point de vue, tout débat me semble enrichissant !


  3. Trentenaire aigri, je le suis, j’ai toujours adoré ls jeux de caisse ou tu file plus vite que la lumière, mais “merde”, dans split/second, on à l’impression de se trainer… visuellement le jeu est moche, comparé à un PGR4 qui est plus vieux de presque 2ans, il lui est inférieur visuellement, idem si on le… compare à un Motorstorm par exemple pour la ps3, c’est quand même triste pour un jeu tout de même vendu 60€, ce qui n’est pas rien…

    Si l’on prend son concurrent direct, Blur, de Bizarre Creation, outre le fait qu’il possède de vrai licence (ce qui peut te rebuter j’en convient), à tout du mix entre ridge racer (pour la vitesse) et mario kart (pour les power up), c’est fun, c’est pas trop moche et surtout, la durée de vie est 2, voir 3 fois plus longue que celle de Split Second…


  4. Groupie sans cervelle

    En tout cas en tant que newbie absolue des jeux de voitures (je ne pense pas qu’on puisse compter mario kart), j’ai trouvé la prise en main vraiment facile.
    Alors oui je n’ai finit “que” quatrième de la course de la démo (l’aéroport)

    Mais p***** pour une première course je me suis bien amusée ^^ et j’en suis fière de ma place pourrie 😛 Le premier des perdants 😉 il en faut bien un!

    Vivement que je puisse jouer à tout le jeu


  5. @Alexandre :

    Tous les éléments que tu cites concernent la réalisation technique : “on a l’impression de se traîner” ; “le jeu est moche”, et tu compares sa durée de vie à celle de Blur.

    Mes arguments, en revanche, sont d’une autre nature : je parle de plaisir immédiat et surtout, j’oppose deux styles de gameplay : les racers arcade (à la Outrun / Daytona U.S.A. / S.C.U.D. Race / Ridge Racer) d’un côté, les racers console (Gran Turismo / P.G.R. / Need For Speed) de l’autre.

    Pour moi, Split/Second tombe dans la première catégorie, celle que j’affectionne, donc j’ai pu prendre mon pied en y jouant.

    Je trouve le jeu très réussi visuellement (comme je le mentionne dans l’article), mais je ne suis pas là pour comparer les éléments “objectifs” des deux, genre “mais mon jeu, il a plus de circuits que le tien…”

    Le premier Ridge Racer comportait un seul et même circuit, ce qui ne m’a pas empêché de m’y éclater pendant des dizaines d’heures…

    Outrun 2 à 60 euros sur la première Xbox : je suis sûr que beaucoup ont crié au scandale face à l’unique parcours disponible (composé de plusieurs sections, mais tout de même) ; il n’en reste ps moins que c’est l’un de mes jeux de course préférés !

    Je ne juge pas un jeu de course selon la pléthore de modes qu’il peut proposer, ni selon la quantité de véhicules disponibles – j’essaye de parler du coeur du jeu, la nature même de l’expérience qui est proposée.

    Et à ce niveau-là, je répète que S.S.V. se situe pour moi à des années-lumières devant Forza et P.G.R.


  6. Nicoloulou

    Ah ben là rien à dire…cet article est parfaitement subjectif comme il se doit ! Il est trés intéressant (et rare même sur le web) de lire un test non formaté, qui assène le point de vue de son auteur en mettant de côté le politiquement correct…un test qui revendique quelque chose, un test de passionné quoi !
    Content de voir qu’ Alexandre a pu exprimer son point de vue également même si il s’est senti visé par certaines allusions de l’article… c’est le prix à payer pour avoir droit à des articles totalement sincères et intègres.
    un seul défaut qui n’en est pas un : j’hésite entre split second et blur (ecran splitté à 4 oblige) or j’aurai aimé connaître l’avis de ce cher Vanguard sur ce dernier (je sais tu ne pas avoir tous les jeux non plus…). Je penchais plus sur un achat de blur en fin de semaine, maintenant et à cause de cet article je ne sais plus…merci les gars ^^
    Sans rire que ça fait du bien de lire une “presse” indépendante non professionnelle et compétente parceque j’ai eu une impression plus concrète en lisant ce test qu’en lisant l’intégralité des articles de la presse web spécialisée (oui oui les 3 sites “pro” là…l’underground vous observe et attend son heure pour vous botter le cul) ! Désolé pour ce pavé, paix sur vos couches à tous, Amen.


  7. @Nicoloulou : ben, en effet, je ne peux pas acheter tous les jeux… ^^

    Et concernant Blur, ce que j’ai pu en lire ici ou là + le fait qu’il soit réalisé par Bizarre Creations (dont je n’ai guère apprécié les précédentes productions, pas même Geometry Wars… Oo) ne m’a pas donné la moindre envie de l’acheter.

    (70 € pour un jeu qui ne te fait pas envie, la dernière fois c’était pour God of War 3, cette fois non merci… ^^)

    Je ne peux donc pas décemment comparer les deux titres ! Peut-être le puissant Gaius se laissera-t-il tenter un de ces jours !

    Sinon, mon cher, si tu achètes Blur et que tu souhaites rédiger un test pour Comegetsome, sache que tu es le bienvenu !!!


  8. Nicoloulou

    Bien pourquoi pas mais je suis intimidé par le niveau rédactionnel du site et un de nos amis communs attend également que je rédige d’autre chronique de musique sur son site…j’ai d’ailleurs pris du retard or pour un avant gardiste comme toi le retard doit être le pire des péchés ^^
    Si je le sens une fois le jeu testé (solo comme multi), je t’enverrai qqch…


  9. Nicoloulou

    oui et puis avec des fautes comme celles de mon précédent post ça va pas plaider en ma faveur…(dans la vie il faut se relire)


  10. @ Nicoloulou :

    T’inquiète pas pour ça, corriger des erreurs d’orthographe c’est mon métier… ^^


  11. alderian

    N’ayant pas testé moult jeu de course ces dernière année et étant plus fan d’un conduite arcade j’avoue que pour avoir fait quelque course sur SSV je me suis bien marré. J’ai trouvé les graphisme très bon , l’impression de vitesse très bien aussi et la réalisation film à grand spectacle reussi qui sert parfaitement le concept de ” la piste est ton ennemi ou ton allié “.
    Je ne peux pas jugé de la durée de vie du titre mais au moins il propose des mods de jeux jamais vu ailleurs .
    Clairement un bon jeu de course pour se vider la tête le soir.


  12. @Alexandre “niveau de difficulté hyper fastoche”
    Euh tu es sûr de ce que tu affirmes ?!
    Pour l’avoir testé hier, je ne le mettrais sûrement pas dans la catégorie “fastoche” !
    C’est pas du mega hardcore mais c’est loin d’être facile !


  13. Poupi

    J’ai entendu parler d’une ia évolutive sur se jeux ? info ou intox mon bon vanguard?


  14. @ Poupi : en réalité, ce concept d’I.A. “évolutive” est une vile propagande…

    En gros, cela veut dire que quelle que soit la caisse que tu utilises (avec une “speed’ de 1, 5 ou 8), la difficulté demeure sensiblement la même : les concurrents sont toujours aussi forts…

    Pas question d’espérer gagner les premières courses “les doigts dans le nez” même avec les dernières bagnoles !

    Mais les adversaires ne sont en aucun cas “intelligents” et ne vont pas apprendre de leurs erreurs ou de ta façon de jouer…



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *