Review

Bilbo, le Hobbit, poursuit son aventure accompagné des nains et de Gandalf en direction de la Montagne Solitaire où les attend Smaug, un terrible dragon.

La désolation de Smaug

Pourquoi ils font une trilogie à partir d’un livre aussi peu épais ? Bah pour le fric…
Ils font un peu trop dans le sensationnel !
Qu’est-ce qu’il fout là Legolas ?? Orlando Bloom a des problèmes pour payer ses impôts depuis qu’il a arrêté Pirate des Caraïbes ?
Il est trop long ce film…
C’est moins bien que le Seigneur des anneaux…

Voilà globalement ce que j’ai entendu du film avant d’aller voir le Hobbit : La désolation de Smaug. Mais ça ne m’a en rien découragé parce que je suis un fan de l’univers de Tolkien et surtout j’avais bien aimé la première partie alors je ne voyais pas de raisons d’être déçu par la deuxième. Et effectivement, j’ai beaucoup aimé. Du coup je vais m’amuser à démonter les mauvaises langues !!

Pourquoi faire une trilogie d’un livre aussi maigrichon ?
Certes, le livre n’est pas bien épais et quand j’ai appris que le film serait effectivement une trilogie, je me suis posé des questions. Puis j’ai compris que Peter Jackson avait en tête de prendre l’histoire dans sa globalité. Le bouquin ne prend en effet que la trame principale de la quête des nains vers la Montagne Solitaire. Mais l’histoire en cache une autre, en lien direct avec le Seigneur des Anneaux que le réalisateur a, merci à lui, décidé d’intégrer dans les films. Ce sont des passages que l’on retrouve dans les contes et légendes inachevées me semble-t-il et personnellement, je trouve ça assez sympa et cela apporte un éclairage nouveau sur le Seigneur des Anneaux à tous ceux qui n’aurait pas le courage de se taper les extraits inachevés de Tolkien. Cela concerne particulièrement la visite de Gandalf à Dol Guldur, dans le livre, Gandalf abandonne les nains et Bilbo devant la forêt et on ne sait pas trop ce qu’il fabrique, dans le film on le sait !

La désolation de Smaug

Bon après, je ne dirais pas que l’idée de faire un peu de fric ne fait pas partie de l’équation, je ne suis pas naïf à ce point-là…

Trop dans le sensationnel ?
Carrément ! Peter Jackson s’en donne à cœur joie ! Pour notre plus grand plaisir ! Enfin, pour le mien en tout cas, après on aime ou pas, moi j’ai vraiment apprécié. Et le Hobbit s’y prête très bien, bien moins dramatique que le Seigneur des Anneaux, on peut, à mon avis, se permettre de se lâcher un peu plus. La scène acrobatique du tonneau avec le nain à l’intérieur n’étais sans doute pas indispensable, un chouilla tiré par les cheveux et ne se trouve pas dans le bouquin, mais ça aurait été dommage de s’en priver.

Dans le même genre, la présence de Legolas a tout de l’énorme clin d’œil pas du tout subtil et parfois un peu trop « too much », mais en tant que lecteur de Tolkien, je savais que Legolas était le fils de Thranduil et je me souviens avoir imaginé en lisant le Hobbit qu’il était peut-être là sans qu’on en parle. Du coup, j’aime pouvoir le retrouver dans le film ! (Quant aux éventuels problèmes financiers d’Orlando Bloom, cela ne nous regarde pas…)

La désolation de Smaug

Plus généralement, les Elfes prennent une certaine importance dans le film qu’ils n’ont pas dans le livre et forment l’atout charme dans une bandes de nains un petit peu vilain (sauf pour trois d’entre eux !), avec Legolas et Thranduil (Lee Pace, je l’aime depuis Pushing Daisies), mais surtout avec Tauriel, qui ajoute en plus la touche féminine dans une histoire largement envahit par les mâles. Cette large présence elfique ne m’a pas dérangé non plus, au contraire, c’est plutôt bien fait à mon sens. Ça apporte un petit plus pour les fans, sans déranger l’histoire original du coup c’était comme si le film avait comblé toutes mes frustrations à la lecture du Hobbit.

La désolation de Smaug

Le seul réel point négatif que je trouve au film c’est sa longueur excessive ! Certes ils se sont amusés, certes ils ont bien profité et exploré à fond l’oeuvre de Tolkien en y ajoutant quelques touches hollywoodiennes, mais une bonne demi-heure de moins n’aurait pas été du luxe… (Je ne sais pas ce qu’ils vont pouvoir rajouter dans les futurs versions longues !) Mais ce n’est pas dans le dialogue entre Bilbo et Smaug que je gagnerais quelques minutes, parce que la voix du dragon (Benedict Cumberbatch en VO) est juste magnifique, j’aurais pu l’écouter pendant des heures !

La désolation de Smaug

Pour conclure, oui c’est long, oui c’est pas comme le livre, non Legolas et les elfes n’étaient pas indispensables, mais j’ai passé un très bon moment. Du coup, je ne dirais pas que c’était moins bien que le Seigneur de Anneaux, mais que ce n’est pas tout à fait le même genre.

Une récréation avant la guerre de l’anneau en quelque sorte…



About the Author

Sculder