Review

Codemasters n’est pas à son coup d’essai en matière de jeux de courses : MicroMachines, Colin McRae Rally, la licence des TOCA (dont GRID), Fuel, la série des F1 (2009 à 2012), Dirt 3 et j’en passe, on peu dire qu’ils ont déjà fait leurs preuves. Pourtant cette fois-ci, ils s’attaquent à du nouveau : rendre un jeu de F1 (avec les vrais pilotes, écuries et sponsors) fun, ce qui n’est pas une mince affaire lorsqu’on se risque à subir le courroux des fans de Formule 1. Mais coup d’essai ou tentative maîtrisé, c’est ce que nous allons voir dans ce test.

Il n’y a rien de plus fun dans un jeu de courses que Micromachines, on regarde sa cuvette des toilettes différemment après en avoir fait le tour avec des petites voitures! A part Re-Volt d’Acclaim qui date du dernier millénaire (1999), personne n’a sorti de jeu de courses fun (bien que les Mario Kart, Sonic all stars racing ou encore ModNation Racer le soit dans une certaine mesure). Insuffler du fun dans le sérieux d’un sport comme la F1 est un pari un peu fou fou, mais les vidéos de gameplay qu’on peut voir sur le net tendent à donner raison au maîtres du code, on va voir si ce n’est qu’une impression ou bien une réalité.

f1stars race

Le premier obstacle à une telle entreprise est la dénaturalisation totale de la F1 au profit du fun, et pour cela je dois vous avouer que ce n’est pas le cas. On reconnaît les tracés des courses, bien qu’il y ait des élément en +, comme les tronçons verticales, les loopings, les tremplins, les éléments du décors à éviter. On est très loin du réalisme de jeux de courses habituels, mais les personnages sont cartoonisés, donc ça cadre plutôt pas mal avec le sujet. Les virages sont également exagérés pour souligner le coté grotesque des personnages et du jeu en général.

Oh come on, we, we can win the race

Il y a différents types de courses, et pour donner l’illusion de proposer un nombre incalculable de circuits, Codemasters a opté pour la technique de Ridge Racer : le mode miroir, où tout les virages sont inversés, ce qui nous plonge direct droit dans le mur quand on commence à prendre ses marques sur certains circuits. Les modes sont assez originaux (une des rares choses nouvelles dans ce jeu d’ailleurs), on a les courses classiques, par tronçon (où il faut être le plus rapide pour avoir des points), par élimination (car il ne peut en rester qu’un), chasse aux trophées (où il faut récupérer des coupes sur le circuit pour gagner des points et taper ses camarades pour leurs en faire perdre), et le mode carrière of course (un jeu de mot fait involontairement).

F1 stars race jumping

Prise en main du volant

Le jeu est agréable à jouer, je n’ai pas pu le tester à 4, mais à deux il est assez fun et m’a occupé plusieurs soirées, ce qui est bon signe généralement. Mais ce qu’il y a de frustrant dans ce jeu (et dans l’obtention des trophées/succès) c’est l’IA. A croire que c’est la partie du jeu qui a été confiée aux stagiaires… Les concurrents vont prendre une ligne droite pour prendre les bonus, qu’il y ait un énorme virage après (et donc quitte à foncer dans le décor) ou pas, et si vous êtes sur leurs trajectoires, ils vous percutent à foison, fair play style! Un bon point en moins pour la quête des options. Ces fameuses options d’ailleurs n’ont rien de nouveau (on garde presque les codes couleurs de Mario Kart, c’est pour dire…), sauf quelques unes frustrantes au possible. Comme c’est un jeu façon carton (comprendre à destination des plus jeunes), il n’y a pas de perdant dans le monde merveilleux des bisounours! Du coup, si vous êtes derniers, et ce même jusqu’au dernier moment, pas de stress, les options boostées sont là : téléportation dans le coeur du peloton (si vous n’êtes pas trop loin, sinon ça sert à rien), ou missile-rocket pour dégommer toutes les voitures que vous dépasserez.. ou comment finir second alors qu’on a été premier de bout en bout… Je préfère perdre une course parce que l’IA a pris les raccourcis que je ne connaissais pas au début (il y en a dans chaque course) que dépassé par le petit dernier qui à chier sa course comme un gamin qui vient de chopper une diarrhée fulgurante! C’est à la fois dommage et frustrant, mais bien pour les noobs on va dire… Ceci dit vu la baisse de difficulté des jeux en général pour les rendre plus accessible aux casual et aux noobs, ce choix reste, hélas, dans l’air du temps.

Pour en revenir sur l’IA, on a l’effet inverse aux options de noobs : quand on est premier, on subit les foudres de tout les autres pilotes, et ce n’est pas chose facile que de rester en tête de course face à un tel acharnement… mais bon, c’est le jeu ma pauvre Lucette!

En résumé : le jeu est fun, à plusieurs, seul on en fait vite le tour malgré un mode carrière assez étoffé. Le jeu est sorti à 40euros, généralement, ça veut dire ce que ça veut dire. Pour ma part, je l’ai eu gratuitement grâce au programme 30 jours PS+ gratuit (il faisait partie des jeux gratuits du mois dernier), mais je n’aurai jamais dépenser 40 euros dedans, j’vous l’dit!

Et vous, à quoi jouez vous en terme de jeux de courses?



About the Author

Gaius
Trentenaire, gamer, fan de beaucoup (trop) de série TV. Tout ce que j'aime est sur Comegetsome.fr !