Review

Lorsqu’on veut faire un hit dans l’univers des jeux vidéo on a plusieurs solutions, soit prendre le parti pris de faire quelque chose d’entièrement nouveau à l’image de Quantic Dream (The Nomad Soul, Fahrenheit ou encore Heavy Rain) ou alors se baser sur une licence qui fonctionne et prendre aucun risque (cf les Final Fantasy, les fps de type Battlefield, Call of, les Fifa/PES, et j’en passe). Ou alors, il y a le choix d’Electronic Arts/Big Huge Games, penser qu’on peut faire quelque chose d’unique en pompant les meilleures idées de tout les petits copains. Reste à savoir si ça passe, ou si ça casse…

amalur

Prenez un peu de Fable, de Skyrim ou encore de World of Warcraft, mélangez le tout et vous obtiendrez Reckoning, les royaumes d’Amalur. L’aspect féerique nous replonge dans l’univers de LionHead, l’univers ouvert et la liberté de choix/action nous rappelle The Elder Scroll, les quêtes avec les points d’interrogation/exclamation nous renvoient à nos erreurs de jeunesse, tout y est. Ils ont même retrouver Ken Rolston, le lead designer de Morrowind et Oblivion pour s’assurer de l’aval des fans de RPG. Mais pourtant, le succès n’est pas au rendez-vous enfin pas complètement 38 Studios (maison mère de Big Huge Games) ont quand même servit 1.1 millions de galettes, mais pas de quoi assurer le train de vie du studio, ils pourraient d’ailleurs devenir un cas d’école : on ne dilapide pas l’argent de la boîte tant que le jeu n’est pas fini, vendu et à rapporter beaucoup d’argent. Trêve de balivernes, place au jeu!

J’attendais beaucoup de l’histoire, la jaquette du jeu vendait du rêve comme rarement : R.A. Salvatore (auteur de Forgotten Realms), Todd McFarlanea à qui l’on doit Spawn et comme dit plus haut, Ken Rolston. Soit la promesse est tenue, soit cela apporte un petit coté bling bling : “Sisi le jeu est fait par des pros, des mecs qui ont des CV de malade!!!”. Et pourtant on défonce dès le début des portes ouvertes : on est amnésique et on découvre en même temps que le personnage l’univers et l’histoire de Reckoning. Comme entrée bateau en la matière, on est en plein Titanic! Mais pourtant l’histoire reste agréable à découvrir, on est au milieu d’une guerre entre d’un coté les bisounours qui veulent la paix, et les gargamel qui veulent tuer tout le monde (et qui sont immortels au passage). Malgré leur pouvoir conjugués et leurs attaques bisous, les “bons” meurent et les “méchants” sont, avec le temps, de plus en plus certains de gagner. Mais voilà, on change la donne, car malgré qu’on meurt avant même d’avoir pu commencer à jouer, on est le premier a ressusciter sans être un Tuatha (les mauvais). S’en suit une quête pour savoir le pourquoi du comment, enfin quand je dis une quête, c’est plutôt une multitude de quêtes. Car bien sûr, on aide tout le monde (bisounours obligent), histoire d’avoir des objets/armes/armures pour s’équiper.

L’équipement est en effet important dans le jeu, tout comme les choix des compétences qu’on acquiert, et qui permettent de définir un profil mage, voleur ou guerrier, ou de faire un mixe de plusieurs selon son type de jeu. Simple, simpliste, mais efficace dans l’utilisation. L’usure des items est d’ailleurs présent, ce qui est un bon point, quand on est fan de RPG (c’est plus réaliste).

Pour le moment, j’en suis qu’au début du jeu, d’où le “first Contact” dans le titre, et malgré des craintes (le jeu a baissé en prix assez rapidement, généralement, ce n’est pas bon signe), le jeu ne me déçoit pas (je ne l’aurai pas demandé à Noël sinon ;)). On se laisse piégé par les quêtes secondaires, par la découvertes de la carte, par le défouraillage en tout genre. Pour le moment, je m’oriente plutôt vers l’aspect guerrier/voleur, n’étant pas fan des combats à distance. L’avenir me dira si j’ai eu tord (de toute manière on peut tout remettre à zéro moyennant quelques pièces glissées à la bonne personne).

Niveau gameplay, je n’ai pas encore rencontré un adversaire à la hauteur de mon talent, du coup, j’y reviendrai dans un full test (éventuel). Par contre, énorme bon point : la carte est gigantesque, ce qui laisse entrevoir de nombreuses heures de jeu!!!



About the Author

Gaius
Trentenaire, gamer, fan de beaucoup (trop) de série TV. Tout ce que j'aime est sur Comegetsome.fr !