Review

A quelques jours de la sortie de GTA V et juste après celle de Saint Rows IV, nous allons revenir sur un jeu du même genre, en open world (of course), mais d’inspiration moins occidentale, puisque le petits gars d’United Front Games (encore eux!!), nous plonge dans l’univers d’Hong-Kong au travers d’un jeu très intéressant : Sleeping Dogs!

sleeping dogs

Sleeping Dogs nous permet d’incarner Wei Shen, qui après un exil vers les States (où il devient policier) revient à Hong-Kong, ville qui l’a vu naître pour infiltrer les triades. Aider de ses amis d’enfance qui ont mal tournés, il jouera sur les deux tableaux, tirailler entre ses devoirs de flics et son rôle de plus en plus important dans la mafia chinoise. Sans oublier son passif qui le pousse à vouloir se venger de certains. On a un peu le même aspect manichéen que dans le premier Assassin’s Creed (où l’histoire nous est contée avec assez de brio pour qu’on puisse se forger son propre avis). Comme à l’instar du jeu phare d’Ubisoft, on ne pourra hélàs que suivre la trame imposée par les développeurs. Il aurait était agréable de pouvoir choisir son camp et d’avoir deux fins de jeu… la prise de risque n’est pas le crédo de l’industrie vidéo-ludique.
Les missions s’enchaînent donc tantôt pour aider les flics, tantôt pour évoluer au sein de la triade, mais toujours ponctuées de rebondissements (histoire de ne pas rendre le jeu trop répétitif).
Elles permettent également d’augmenter des compétences (10 niveaux cotés flics, autant coté triade) qui facilite la progression dans le jeu (coups spéciaux, cascades en tout genre, etc.). Si on rate une mission et qu’on ne récolte du coup pas beaucoup de points d’xp, on peut bien sûr la refaire pour corriger le tir.

sleeping dogs babes

Niveau gameplay la partie baston au corps à corps est extrêmement bien faite, ce qui nous change des gta-like où les gunfights sont (trop) souvent privilégiés. Ce qui m’a le plus dérouté, c’est la conduite à gauche, mais on s’y fait, si bien que j’ai désormais du mal à rouler à droite dans Saint Rows the Third (qui fera l’objet d’un prochain test).
Graphiquement, malgré des bugs de collisions assez marrants (les assaillants se retrouvent souvent avec la moitié du corps caché dans le décor), la ville de Hong-Kong est surprenante de beauté et de détails et nous distille une atmosphère très singulière.

Sans oublier les incontournables de ce type de jeux : les fringues en pagaille (qui permettent de monter les scores de réputation coté flic ou triade), les armes diverses et variées, les voitures/motos, les piaules qui s’améliorent au fil de l’histoire, les babes. Rajoutez à cela un corps à corps axé kung-fu (avec combos et finishes), un bullet time à la Max Payne et vous comprendrez l’essence même de ce jeu : un énorme défouloir.

On lui pardonne du coup ses bugs, son IA à coté de ses pompes et autres petits défauts qui ne sont pas si importants en fin de compte. A noter que le platine est chiant à avoir, car comme pour tout bon gta-like qui se respecte, la collecte des objets/missions secondaires vous occupera beaucoup plus que de finir la trame principale de l’histoire. En plus il n’est pas trop cher!



About the Author

Gaius
Trentenaire, gamer, fan de beaucoup (trop) de série TV. Tout ce que j'aime est sur Comegetsome.fr !