Review

 Tales of Vesperia est déjà bien connu des joueurs Xbox 360 puisqu’il est sorti en Europe en 2009. Les hasards du calendrier (comprendre : la lenteur des sorties européennes) aidant, le jeu est sorti la même année sur PS3, au Japon uniquement, dans une version améliorée. Sa ressortie à petit prix (Best-ban) l’été dernier est l’occasion de revenir sur cet épisode.

La version PS3 de Tales of Vesperia apporte son lot de nouveautés, donc certaines particulièrement réjouissantes. Voici la liste :

  • Un nouveau personnage, Patty Fleur
  • Flynn le chevalier, rejoint officiellement l’équipe
  • De nouvelles quêtes annexes
  • La possibilité de sauter toutes les scènes de dialogues
  • Amélioration de l’IA
  • De nouveaux boss, notamment dans les différents tournois
  • Un mini jeu de course en snowboard
  • De nouveaux objets
  • La possibilité d’affilier non pas 4 mais 8 coups spéciaux aux différentes directions du pad
  • L’Overlimit maximum passe de 4 à 8
  • 12 musiques supplémentaires
  • Près d’une dizaine de costumes par personnages
  • 4 nouveaux donjons
  • 10 hiougi supplémentaires
  • Une quarantaine de coups spéciaux supplémentaires

 

C’est Patty pour un tour !

Patty fleur

Patty, le gros coup de coeur de cette édition PS3

La vraie grosse nouveauté de cette version, c’est bien le nouveau personnage, Patty Fleur. Cette petite fille pirate, amnésique, parcours le monde à la recherche du trésor d’Aifrid, dans l’espoir de retrouver son passé. Parlant comme un petit vieux, elle aime illustrer ses interventions de métaphores à bases de poissons, de mollusques et autres créatures marines. Personnage drôle et extrêmement attachant, elle saura aussi vous émouvoir le moment venu.

Vous la croiserez plusieurs fois au cours du jeu, jusqu’à ce qu’elle rejoigne définitivement votre équipe à mi-parcours. On peut dire que Namco-Bandai a fait du très bon travail car Patty est parfaitement incérée à l’histoire, participant ainsi à toutes les scènes de dialogues, et à toutes les cinématiques. Jamais on n’a le sentiment que c’est un personnage rapporté sur un jeu déjà existant.

En combat aussi, Patty étonne et détonne ! Sa particularité : avoir 4 styles de combats distincts (Normal, Brainel, Advance et Critical). Chaque style à sa propre particularité. Ainsi Brainel est axé sur les attaques à distance, quand Advance est plus porté sur le corps à corps par exemple. Vous débutez le combat avec un style choisi au hasard, mais pouvez en changer (au hasard là encore) en cours de combat grâce à un coup spécial dédié à cet effet. Là où ça se complique c’est que chacun de ses coups spéciaux aura un effet différent selon le style de combat. Par exemple quand Patty utilise Trigger Tune, elle tire trois coups en normal, saute et tire 3 coups vers le bas en Brainel, 9 coups de bas en haut en Advance, et dans tous les sens en Critical. Bien connaître les différentes caractéristiques de chaque coup est la clé pour être efficace en combat.

Cela pourrait être déjà compliqué mais il faut ajouter la probabilité que ses attaquent ratent complètement. La majorité de ses coups peut en effet échouer et se retourner contre Patty, voire même toute l’équipe. Par exemple, quand Patty sort un plat de ses poches (oui oui!), il peut au choix, régénérer les HP de toute l’équipe, les TP, ou …. tout diviser par deux pour tout le monde. Gênant face à un boss ! Les probabilités étant évidemment différentes selon le style de combat. Malgré cette complexité, Patty s’avère extrêmement mobile, et très efficace, au corps à corps comme à distance. Un super personnage à tout point de vue !

 Le reste du système de combat ne trahit pas la série, et s’avère vraiment ultra jouissif. Les possibilités de combo sont énormes, c’est nerveux, explosif et toujours jouable. On pourra juste reprocher que l’IA, pourtant améliorée, ne soit pas toujours aussi efficace que d’autres épisodes précédents (Tales of Destiny DC pour ne pas le nommer). Il faudra également accepter que certains personnages, Judith en tête, ne soient vraiment exploitables que lors du New Game Plus, les nombreux air cancel et autres possibilités de combos n’arrivant qu’à la toute fin du jeu. Mais chacun sait pertinemment qu’un Tales of ne s’apprécie à fond que lors de sa deuxième partie !

 

Tales of … Tales

 

raven tales of vesperia

Les hiougi sont splendides. On regrette juste qu’ils arrivent si tard dans le jeu
“Crisis Rain”

Scénaristiquement le jeu tient très bien la route. L’histoire débute lentement, et prend progressivement de l’ampleur. Les rencontres et les surprises sont nombreuses, et l’on est toujours motivé à connaître la suite. Pour autant, Vesperia ne révolutionne pas non plus les Tales of. La fin est une des plus courtes de la série, et il est dommage que l’on ne puisse se battre contre certains méchants que dans les quêtes annexes. L’ensemble est vraiment plaisant mais reste archi classique. Inutile de dire que le doublage japonais est juste parfait, aucun reproche à formuler à ce niveau.

Techniquement, Vesperia est un Abyss en 16/9. C’est parfois vraiment très joli (Jormugend, Aspio…), et surtout très coloré. On apprécie notamment la beauté des personnages, vraiment très réussis, et surtout les effets lors des combats. Les hiougi sont à ce titre vraiment magnifiques. Les décors eux sont plus simples, plus épurés, et manquent parfois de détail mais l’ensemble reste cohérent.

Le gros point noir du jeu, c’est définitivement sa musique. Les Tales of n’ont jamais vraiment brillé à ce niveau, mais là elle est franchement insipide. Le thème principal (Kane wo Narashite) est plutôt réussi et certaines musiques de villages sont sympathiques mais de manière général ce n’est vraiment pas transcendant.

Au final, ce Tales of Vesperia se joue pour les mêmes raisons que quasiment tous les autres, à savoir ses personnages hyper attachants, son système de combat ultra complet, et son contenu renversant; près de 200 quêtes annexes vous attendent, avec objets et boss cachés en tous genres. Ceux qui ont déjà goûté à la version Xbox pourront s’y replonger avec plaisir, les nouveautés étant suffisamment nombreuses. Les autres, qui parlent japonais (ouch !)auront vraiment de quoi savourer !

Note finale : 17/20

 Difficulté des trophées : 3/5

Récupérer tous les titres et tous les objets est long, mais se fait avec beaucoup de plaisir. Rien d’insurmontable en prenant son temps



About the Author

Aym Sama