Review

Gratuit le mois dernier pour les abonnés PS+, j’ai du coup saisi l’occasion pour tester le dernier jeu de Ron Gilbert (qui est responsable de beaucoup de temps passé sur mon pc il y a de cela de nombreuses années /Maniac Mansion/ Monkey’s Island I et II (Total Annihilation, bien qu’il n’en soit que producteur)). A l’époque les point’n click était légion (autant que les fps et les jeux de foot d’aujourd’hui). The Cave sortie sur beaucoup de support (PS3, 360, PC, Mac, Wii U, et mobiles) nous plonge dans un univers cynique comme le maîtrise si bien son auteur. Là où beaucoup aurait fait un jeu de plate-formes à énigmes baignant dans les clichés les plus usés, Gilbert défonce les stéréotypes des personnages qu’il propose et nous noie dans un humour très particulier, mais qu’on adore.

the cave

The Cave, où comme faire un vrai jeu de plate-forme en 2.5D sans  nous pondre des personnages trop “mignons”

Je ne suis pas fans des jeux de plate-formes, malgré les qualités des derniers Rayman, je n’accroche plus. Soit c’est l’âge, le mien et le fait que ce style de jeu est veillissant/dépassé/hasbeen; soit j’attends davantage d’un jeu qu’il y a 15 ans (où Mario, Sonic, et cie nous régalaient). Toujours est-il que je m’y suis tout de même lancé sans trop d’à priori, et en mode coop, histoire de profiter d’un jeu à deux, ce qui est de plus en plus rare… L’introduction du jeu nous plonge directement dans l’ambiance, on a une voix sortie d’outre tombe comme narrateur qui n’est autre que la Cave(rne) elle-même et qui partage son humour noir que ce soit selon ce qui va nous arriver ou en commentaire de nos actions. Elle nous invite d’ailleurs à choisir 3 personnages parmi 7 (qui rappellera au plus anciens Maniac Mansion), ce qui laisse pas mal de possibilité : qui choisir et pourquoi, première véritable énigme du jeu.

  • Le chevalier avide de gloire et son pouvoir temporaire d’invincibilité?
  • Le moine avide de pouvoir et son pouvoir de télékinésie (il fait beaucoup penser à Avatar, l’animé)?
  • le fermier de l’Atlantide (pieds palmés) au coeur brisé?
  • l’aventurière aidée de son grapin?
  • les jumeaux et leurs doubles maléfiques (tout droit sortis de l’univers de Burton)?
  • la scientifique cupide au possible et peu éthique?
  • la voyageuse dans le temps et sa capacité de téléportation?

the cave intro

Peu importe votre choix au final, le jeu est plutôt court et on pourra toujours le refaire, et le re-refaire, mais j’y reviendrai.
Le jeu se découpe  en 6 zones, une propre à chaque personnage (donc 3 personnages = 3 zones “personnalisées”), et 3 zones communes (qu’on devra se taper à chaque fois). Autant la découverte d’une nouvelle zone demande un certain temps pour comprendre comment avancer (quel objet sert à quoi, comment passer le monstre qui bloque le passage, etc.), autant refaire les zones communes est assez gavant (mais au moins on les traverse à toute vitesse façon Sonic). Ce qui frappe dès les premiers instants est la beauté du jeu et l’humour omni-présent du narrateur (qui n’est autre que… *roulement de manettes” la Cave(rne), merci de suivre).

the cave

Le jeu commence avec le guichetier de la caverne, qui nous demande, pour commencer l’aventure, 3 objets d’exceptions afin de “payer” son droit d’entrée dans The Cave où l’on pourra trouver l’objet de nos désirs les plus inavoués. Ce pseudo tuto nous permet de nous familiariser avec les actions possibles, la skill propre à chaque perso, et surtout de se faire les sticks sur des énigmes toutes simples avant que la difficulté monte (très légèrement hélas).  Une fois ces “trésors” collectés, on peut commencer véritablement l’aventure et alterner lieux communs et lieux propres à chaque personnage (ce qui nous permettra d’en apprendre un peu plus sur eux et sur leur fourberies).

the cave fete forraine

Cliquez sur l’image pour la voir en grand, ça vous donnera un aperçu d’un niveau du jeu

Le jeu à deux ne propose pas d’écran splitté, ce qui est une bonne chose pour progresser correctement, en fait la caméra zoom sur le personnage pris en dernier (celui du joueur 2 s’il change de perso, ou le 1er joueur, si… enfin vous avez compris). Lorsqu’on joue en solo, on doit alterner les personnages pour progresser, ce qui est laborieux qu’à deux (quoi qu’en dise certains test sur des sites + renommés que CGS!). Les interactions entre les personnages et leur complémentarité m’a fait penser à The Lost Vikings (de Silicon & Synapse, qui devient par la suite Blizzard Entertainment).

Pour conclure : Malgré une durée de vie amoindrie par les zones communes qu’on devra faire trop de fois (si on veut avoir tout les trophées/succès), ce jeu de plate-formes à énigmes reste très agréable à jouer à deux.



About the Author

Gaius
Trentenaire, gamer, fan de beaucoup (trop) de série TV. Tout ce que j'aime est sur Comegetsome.fr !