Kane & Lynch 2 : Dog Days

Développeur : Io Interactive (Danemark)

Editeur : Square Enix

Support : PC, PS3 et Xbox 360

Genre : snuff third-person shooter

Date de sortie : 17 août 2010 (Etats-Unis), 20 août 2010 (Europe), 26 aout 2010 (Japon)

ORGUEIL ET PREJUGES

Je n’ai jamais joué à Kane & Lynch : Dead Men, sorti en fin d’année 2007. Je m’étais contenté de ricaner, tant les critiques de la presse et du net s’étaient évertuées à stigmatiser ses nombreux défauts… Rien ne m’avait motivé à passer outre ces préjugés : le design paraissait quelconque, les graphismes hideux et j’avais lu le plus grand mal du gameplay.

Evidemment, je me moquai de plus belle lorsque j’appris qu’une suite était en chantier (ne pas négliger l’impact du « million seller », quelle que soit sa qualité, sur les décisions d’un éditeur…) Et je me gaussai ouvertement lorsque les critiques éreintèrent la suite tout autant que l’original…

Quel vice me poussa alors à débourser une forte somme (malgré la récente baisse de prix, à peine un mois après la sortie) pour acquérir ce Kane & Lynch 2 Dog Days ? Influence pernicieuse des forces ténébreuses des enfers ? Emergence incontrôlable d’une pulsion sexuelle refoulée ? Désir inconscient de souiller ma collection immaculée (ou presque) par l’adjonction d’un innommable détritus ? Ou crise de conscience professionnelle m’ordonnant de « donner sa chance au produit » ?

Quoi qu’il en soit, je m’apprêtais à me payer une bonne tranche de rigolade en découvrant l’étendue du désastre…

Quand on vous dit que c’est un véritable snuff game !

DE L’IMPORTANCE DE NE PAS ACCORDER (TROP DE) FOI AUX CRITIQUES

Loadings « Youtube-style » avec de vrais morceaux de buffering dedans, mise en scène « caméra à l’épaule » très dynamique, ultra-fluidité hyperréaliste, image sale et granuleuse, aberrations chromatiques, mosaïques qui dissimulent les sexes et les corps sanguinolents… L’esthétique de ce Kane & Lynch 2 est à l’évidence beaucoup plus travaillée que celle du précédent volet.

Y’a pas à dire, on se croirait vraiment dans un vidéo-CD pirate tout droit sorti des usines les plus crasseuses de Shanghai… Ruelles sordides, ateliers confinés, dortoirs immondes et autres sex-shops cradingues plantent efficacement l’envers du décor d’une Chine déshéritée, bien loin de la carte postale des Jeux olympiques… Une ambiance de snuff movie qui atteint son point culminant lors d’une séance de torture particulièrement gore (dont on aperçoit une brève prolepse au début du jeu). Fuyards éperdus, blessés, couverts de sang, nus comme des vers, réduits à prendre le premier flic venu en otage… Kane et Lynch seraient-ils les John McClane du jeu vidéo ?

C’est un TPS, donc forcément, on va se mettre à couvert… *soupir*

LES SUJETS QUI FACHENT

Les Danois de chez Io Interactive (Hitman) a fait un excellent boulot sur l’ambiance de Dog Days (mention spéciale aux doublages en V.O.) : on aime ou on déteste, mais impossible de rester de marbre face à l’identité graphique très marquée du titre. Mais cela ne suffit pas à faire un bon jeu ! Plus dure sera la chute…

Le gameplay ? Kane & Lynch 2 se présente comme un TPS basique (aïe !) : on se met à couvert, on tue des méchants, on se met à couvert, on tue des méchants, on se met à couvert… ad nauseam. Ben oui. On ne fait que ça. La relative diversité des armes apporte un soupçon de fraîcheur, vite éclipsé par l’injustice totale de l’I.A. des ennemis… Quel intéret de prendre un bouclier humain si tous les bad guys sont des surhommes surentraînés qui ne manquent jamais leur cible ? Bon courage pour le mode Extreme, où une balle suffit à tuer les héros !

La monotonie de l’action est quelque peu compensée par les situations plutôt bien pensées (mais guère originales) du mode co-op’. Jouer avec un(e) ami(e) dans son canapé est toujours appréciable, et Kane & Lynch ne fait pas exception à la règle, d’autant que la fluidité et le niveau de détails sont à la hauteur. Mais surtout, on n’a pas le temps de s’ennuyer puisque la campagne se boucle en moins de quatre heures… Oui, vous avez bien lu. Quatre heures. Les chiens !

Le mode co-op’ propose tout de même quelques moments sympathiques.

DONNER SA CHANCE AU PRODUIT

Kane & Lynch 2 est perclus de défauts en tous genres, c’est indéniable : gameplay limite, bugs, durée de vie minable, serveurs multi déserts… Ca fait beaucoup pour un seul titre !

Et pourtant… L’ambiance crasseuse et malsaine, les trouvailles graphiques et le charisme des personnages (deux criminels qui jouent les gros durs, mais surtout deux paumés très humains) auront laissé une trace indélébile dans ma mémoire… Si vous accrochez un tant soit peu à l’ambiance unique de Dog Days, ne vous privez pas de ce trip au prétexte des notes moyennes attribuées par les critiques ! Jugez sur pièces : le gars d’Io Interactive le méritent.

Full score : 6.5 / 10

Rhôo les tronches de psychopathes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *